Chaudasse déprimée, princesse périmée

Un peu Maso, jolie princesse?

Du soleil, plus de soucis.
Un superbe week-end prévu avec plus de garçon qu'il n'y en a eu dans ce royaume depuis quelques années.
La fête du siècle qui se prépare, suivie et précédée de deux plus petites mais bien fun.
La Reine des connes qui disparaît de mes horizons.
Un poid revenu à la norme et qui va en descendant.
Des cicatrices qui s'effacent peu à peu.
Un petit prince qui grandit.

Et pourtant...
Je me prend à envier ces jours funestes où c'était si facile, où je n'avais plus la volonté de rien, où je ne fumais même plus, où ma bouche restait soudée aux paroles comme à la nourriture, où l'apathie me gagnait et me préservait de la douleur.
Au moins il se passait quelque chose, au moins les gens entrevoyaient le fond de mon âme, au moins mincir était aussi facile que respirer, même si dans ces moments là, l'envie de respirer n'était plus.

Je cherche la douleur et je le sais maintenant, je n'ose pas mais au fond de moi je ressens ce besoin. Je suis une princesse masochiste qui rêve de jours plus noir.

La vrai question est: pourquoi?


23/03/2009
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour