Chaudasse déprimée, princesse périmée

Il y a des mots qui tranchent la gorge.

Je suis spéciale, sans prétention.
Je suis anorexique pourtant un jour, que je n'oublierai pas, je le leur ait dit. Mes trois meilleures amies.
La première ça été dur, triste, douloureux, mais soulageant. Dans ce décor parfait, une maison abandonné dans la nuit et quatres pauvres coulées de larmes.
La seconde plus décalée, dans un garage appuyée à une voiture, un verre de Get27 à la main, moins sobre mais plus facile.
La troisième désastreuse, sans réaction, de la peur qu'elle me quitte, la peur qui garde ma bouche close face à ces questions sur mon poid.
Mais même si ces mots m'ont brulé la gorge, ont fait pleurer ces yeux secs depuis si longtemps, même si la bile se présentait à ces phrases et que mes jambes tremblaient, que les cigarettes s'enchainaient au creux de mes doigts ces mots n'étaient rien en comparaison de ceux que je devrais dire.

Le regarder dans les yeux, lui dire ces trois petits mots, si banals,si insignifiants.
Mais ces mots veulent dire plus, ils veulent dire regardes; regardes moi, tu ne vois pas? Cette peur dans mes yeux, ce désir qui ronge mon corps, je veux te voir dans tout les instants de ma vie, partager ces moments magnifiques qui ne seront jamais parfait sans toi. Touches moi, vas-y ne te gène pas, embrasses moi, caresses mes seins, parcours mes hanches , colles toi à ma peau brulante de toi, déshabilles moi, sents moi, goûte moi, moi je veux tout de toi. Ne vois tu pas que tu es toujours là, tu es la mélancolie dans mes yeux. Ne vois tu pas que quand tu pars ça me fait mal? Parce que je sais que tu ne voudras pas me revoir, qu'une fois de plus j'ai rater tout ce que j'aurais pu vivre avec toi. Quand tu te sens seul, quand tu dis que t'es un looseur tu sais je comprend moi, plus que tu ne peux le penser, écoutes moi, n'entends tu pas mon coeur qui bat? Il accélère dès que tu es là, je le sens au fond de moi. Mets ta main là tu le sentiras mieu, regarde mes yeux, ma bouche qui tremble d'envie de t'attaquer, n'as tu jamais vu que chaque geste que je fais a pour but que tu me vois, non, que tu me regardes.
Tu sais tout ça  c'est un peu pour toi aussi, tu ne préfères pas les filles jolies et minces? Quand je vais te voir je passe deux heures à me préparer même si je sais que tout ce qui t'interessera sera ce que j'ai à fumer. J'en ait toujours pour toi tu sais. Je pense toujours à toi, j'ai même une place pour toi dans mon lit, je la garde, personne n'y dort jamais pas même moi. Je sais que je suis pathétique c'est pour ça, c'est pour ça que je te hais, parce que tu me rends pathétique, obsédée, malheureuse. De l'amour à la haine il n'y a qu'un pas, tu le sais, c'est toi qui me l'a chanté.

Et tu pourras dire TA GUEULE PRINCESS.
Et je te dirais que la prochaine fois que tu me brules t'as interêt à me faire une vrai cicatrice. Batard.




19/02/2009
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour