Chaudasse déprimée, princesse périmée

Encore un jour se lève.

Une tempête. J'aurais tant aimer être à la campagne pour me perdre dans le rugissement du vent, me faire fouetter par la pluie, écouter la puissance de la nature qui vous rappele ce que vous êtes.
Au lieu de cela je suis cloitrée entre ces batiments de béton, enfermée dans les combles pour échapper à cette journée.
Une journée qui me rappelle pourquoi je suis anorexique.
On le voit souvent marquer sur les blogs : parents trop sévères, difficultés familliales.
C'est un ca. Comment voulez vous que j'aille manger? Je n'en fais jamais assez. Je suis presque indépendante, je déteste ma chambre parce que trop bien rangée, je fais ma lessive et je m'occupe de la cuisine.
J'ai la moyenne.
ENFOIRÉS!
Quand pourrais je avoir le droit de posséder ma propre vie? Quand je serais à l'affre de la mort? Alors allons y, un peu plus chaque jour, désagrégeons nous.
Lorsque je serais une belle brindille, alors qu'il y a un peu plus d'an an j'étais une énorme baudruche peut-être se rendront ils compte que c'est leur faute. Peut-être en souffriront ils?
Tant mieu.  Ce n'est plus à moi de souffrir.




24/01/2009
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour